Le livre de M – Peng Shepherd

❢ Dans Le livre de M, Peng Shepherd revisite le style post-apocalyptique. Il n’y est pas, à proprement parler, question de virus ou de zombies… quoiqu’au final, on y trouve quand même une certaine métaphore. Road-book, survival et métaphysique, Shepherd propose un mythe de la fin du monde particulier basé sur un phénomène original.

M comme mémoire

❢ Le postulat : un homme perd son ombre. Ça se passe en Inde. Dans la foulée, ce dernier perd également, petit à petit, ses souvenirs, sa mémoire. Personne n’arrive à expliquer ce phénomène… et comme une traînée de poudre des cas similaires surgissent un peu partout dans le monde. Cet amnésie s’accompagne inévitablement d’un comportement de plus en plus dangereux de la part des victimes complètement déboussolées.

❢ J’ai vraiment trouvé la base de l’intrigue très sympa. Elle n’est pas commune et apporte un grain philo-psycho-surnaturel qui n’est pas pour déplaire. Tu crois que ce n’est pas possible?! Et pourquoi ça ne pourra l’être en fait?!! Et franchement, ça marche bien comme point de départ.

M comme Max

❢ Max et Ory se trouvent dans un hôtel abandonné au fond des bois, au sud de Washington. Ils assistaient au mariage d’un couple d’amis quand « l’épidémie » a commencé. Certains ont quitté l’hôtel, d’autres sont restés, et d’autres encore y ont perdu leur ombre. A l’heure actuelle, Max et Ory sont seuls et tentent de survivre comme ils peuvent. Max a perdu son ombre, mais ses souvenirs ne sont pas altérés…. du moins pas encore. Puis un jour, Max disparaît.

❢ L’auteur propose une panoplie de personnages intéressants et bien développés. On sent qu’elle a pris le temps de leur créer une vie, un univers et une psychologie. Ils ont une réelle consistance et participent à la construction de l’histoire. Les personnages secondaires ne passent pas inaperçus non plus. Ils ont leur place et provoque également de l’attachement à leur égard.

M comme magnétophone

❢ Le récit de Peng Shepherd est constitué de 4 arcs narratifs chacun portés par des personnages clés : Ory, Max, Naz, et Celui qui rassemble.
« Complémentaires », ils vont tour à tour dérouler l’intrigue jusqu’à son dénouement. C’est à travers un magnétophone que nous est rapporté le récit de Max. Ce qui ajoute à nouveau un poil de questionnement par rapport à notre lecture.

❢ Opter pour plusieurs voix est un procédé que j’apprécie pas mal, et qui fonctionne bien pour moi. Je trouve que ça apporte une tension supplémentaire grâce à cette vision d’ensemble. On connait les attentes des uns et des autres, mais on reste dans l’expectative quant à la potentielle convergence finale. C’est aussi un procédé qui apport une bonne dynamique de lecture : le fait de zapper de l’un à l’autre invite à s’accrocher au page pour toujours en savoir plus.- Je précise quand même que l’auteur n’abuse pas inutilement de la fonction zap et que les chapitres sont bien « coupés ». D’autre part, ça permet également d’avoir un regard plus proche sur certains personnages, d’explorer un peu plus leur vécu et leurs émotions.

M comme mystère

❢ Le mystère est quand même le concept gagnant de cette histoire. Que cela soit au niveau de la disparition des ombres et de la perte de la mémoire qui est scientifiquement impossible à expliquer, ou au niveau des recherches et démarches entreprises pour endiguer l’épidémie, l’avenir des personnages… le suspense reste entier du début à la fin.

❢ Par contre, j’avoue avoir un peu calé sur l’aspect métaphysique de l’histoire. J’ai l’impression qu’il y a une ou l’autre impasses qui m’empêchent de saisir des éléments. Autant j’ai vraiment apprécié tout le plan lié à l’histoire/la mythologie indienne qui est très intéressant et très bien connu/documenté par l’auteur, autant j’ai calé sur quelques points moins tangibles.

M comme maiiis waiis laisse toi tenter!

Le livre de M de Peng Shepherd est vraiment une chouette découverte. En plus de son originalité d’intrigue, l’auteur fait preuve d’une grand fluidité dans son écriture. J’ai apprécié ma lecture et je vais garder un oeil ouvert sur cet auteur. A part un petit moment creux pour moi, vers le milieu, j’ai pris beaucoup de plaisir à marcher aux côté de Max, Ory et des autres (surtout de Max). Je ne me suis cantonnée aux titres Fantasy/Fantastique de chez Albin Michel Imaginaire (AMI), mais je trouve qu’en la matière, on y trouve de chouettes pépites. Je suis toujours assez impatiente de découvrir ce que réserve les prochaines publications.

Couverture du Livre de M de Peng Shepherd, mis en scène avec Boubou, l'ours en peluche
TITRE : Le Livre de M
AUTEUR : Peng SHEPHERD
Albin Michel Imaginaire - Juin 2020
592 pages

.

Le Livre de M chez les autres : Livrement, Le Chien CritiqueLes lectures de XapurNeVertwherePhooka (Book en Stock)Un papillon dans la Lune, …

Mes autres lectures AMI :


9 commentaires sur “Le livre de M – Peng Shepherd

Ajouter un commentaire

  1. J’ai bien accroché au postulat de départ et au déroulé de l’intrigue moi aussi. C’est original et ça fait du bien : l’autrice va vraiment au bout de ses idées. La narration en chorale est aussi intéressante pour suivre des gens ordinaires qui tentent de s’adapter. Et comme tu le sais, l’aspect métaphysique ne m’a pas non plus totalement convaincue.

    1. J’ai vraiment bien aimé le style de narration. De fait, je trouve que ça se lisait vraiment bien, avec une petite réserve sur certains passages un peu plus flous (sur le méta).
      Une chouette découverte pour nous deux alors! 😉

    1. C’est quoi un « meh »? (must… qqch?)
      EN majeure partie, j’ai vu des avis extrêmement enthousiastes. Beaucoup.
      Puis j’ai vu la chronique de Nevertwhere, et j’en avais discuté avec Acro et on se rejoignait assez bien.
      Très bon livre avec quelques petits « défauts » à notre goûts (mais qui n’empêchent pas d’apprécier la lecture).
      Maintenant, c’est très original et très bien écrit. Souvent on dit « un premier roman »… alors je ne sais pas si ça joue, parce qu’un auteur confirmé peut aussi faire des accros dans son millième roman…
      Franchement, il vaut la peine et une auteur à suivre!

  2. M comme Masquez cette métaphysique que je ne saurais voir.
    C’est l’élément qui me fait peur, je pense pouvoir passer à côté comme toi et Acr0, du coup c’est rassurant de voir que le livre s’apprécie malgré cela. ^^

Laisser un commentaire

Fièrement propulsé par WordPress | Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :