Bienvenue au club – Jonathan Coe

Roman initiatique, fresque socio-économique

❢ Avec Bienvenue au club, je me suis embarquée dans un voyage à travers le temps, dans le Birmingham du début des années 70. Benjamin, Philip, Dough et Claire étaient mes « hôtes ». A travers le regard de ces ados de 15 ans (environ), Jonathan Coe nous plonge à la fois dans un roman initiatique et une fresque socio-économique. Abordant des thèmes aussi variés que la musique, le syndicalisme, la montée de l’extrême droite, la menace de l’IRA, l’amour, la scolarité… on voit se façonner petit à petit l’identité de ces personnages. Intense et rythmé, le récit prend tour à tour la voix de chacun des protagonistes, permettant également de les découvrir intimement.

Du rock progressif au punk

❢ J’ai été complètement happée par les différentes intrigues, curieuse d’en découvrir toujours plus, passionnée par le mélange entre l’histoire et l’Histoire. Le fait d’adopter le point de vue de ces ados apporte de la simplicité dans le regard sur les mutations qui sont en train de se mettre en place. On ressent une certaine naïveté –pas péjoratif- mais aussi une grande intelligence et de l’engagement. Chacun, à travers ses passions, ses préoccupations, son vécu, son entourage familiale donne un éclairage sur le passé. Le prisme adopté par Coe rend le voyage vraiment agréable et palpitant. Une manière d’appréhender la réalité à travers le roman.

Quand t’as du mal à lâcher l’affaire

❢ Le ton est léger, mais aussi empreint de beaucoup d’émotions. Impossible pour moi de ne pas m’attacher aux personnages, tant sur le plan de la sympathie que sur celui de l’antipathie. Le style général est direct, mais plonge quelque fois dans des exercices stylistiques particuliers liés à l’état d’esprit d’un perso.

❢ Alors qu’il végétait depuis plus de 10 ans dans ma Pile A Lire –sorti par la grâce de cette chère Acr0 pour notre défi mensuel- je me demande encore pourquoi j’ai attendu si longtemps avec de me plonger dans ce livre. Je l’ai dévoré à grosse lampée, et actuellement, j’ai une furieuse envie de me procurer la suite, aka Le cercle fermé. J’avais déjà découvert l’écriture de Jonathan Coe avec son roman Expo 58, et l’écriture m’avait déjà bien plu. L’auteur a cette manière particulière et très polie de plonger son intrigue dans un peu d’acide, de cynisme, et de ridicule pour éclabousser au passage les « institutions » et autres imbus en place. Bienvenue au club confirme mon amour pour Jonathan Coe.

Bienvenue au club de Jonathan Coa
Titre : Bienvenue au club (The Rotter's club - 2001)
Auteur : Jonathan COE
Folio - Septembre 2004
544 pages

6 commentaires sur “Bienvenue au club – Jonathan Coe

Ajouter un commentaire

  1. Te voilà enthousiasmée par l’écriture de Jonathan Coe : comme quoi, certains livres patientent plus de dix ans dans la pile à lire mais nous ravissent toujours au moment où on les ouvre. 4,5 rocks tout de même !

    1. Yep! J’ai vraiment bien accroché.
      Je l’avais déjà lu, et c’est un style de roman et d’écriture que j’apprécie pas mal!
      Comme quoi, mon amour des vieux de la PAL ne se ressemblent pas! (#pauvreblondel :-))

  2. « depuis plus de 10 ans dans ma Pile A Lire » he bé dis donc ! Bon je dis ça mais il me reste un oue deux bouquins dans ce cas-là aussi :p
    Cette lecture a l’air de t’avoir beaucoup plu, elle a bien fait de le sortir de là, Acr0 ^^

    1. C’était très chouette! Bon ça donne des envies d’achat…
      Ah mais wais, mais quand je dis plus de 10 ans, c’est indéfini (quoique bon, c’est une édition de 2005 aussi… donc bon, ça peut pas être avant ça ;-)) dans goodreads, j’ai une étagère « add before 2008 » (avant l’arrivée sur goodreads en fait). et euh…. je pense que j’en ai plus d’une centaine encore à lire de cette période… (même si j’écrème régulièrement…. les goûts changent toussa).

      Enfin si jamais, ça vaut le détour si t’aimes bien les romans et te replonger dans un pan d’histoire.

Laisser un commentaire

Fièrement propulsé par WordPress | Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :