Courtney Crumrin, Intégrale #1 – Ted Naifeh

Courtney au pays des choses de la nuit

❢ Au commencement était une petit fille qui vient s’installer avec ses parents dans la grande demeure de son oncle. Aloysius Crumrin est un être taciturne, pas franchement bavard, voire carrément étrange, mais il fait naître une grande curiosité et un grand intérêt chez la petite Courtney. Délaissée par ses parents désargentés et en quête de reconnaissance auprès des nantis, la fillette va se rapprocher de plus en plus du vieux type. De mystères en mystères, elle va lever le voile sur certains secrets d’oncle A. et s’embarquer dans des aventures plutôt étranges.

L’influence des copains

❢ C’est grâce à Acr0 que j’ai découvert cet auteur et sa série. Une rencontre que j’ai effectuée par le biais de la couleur, m’offrant les trois premiers tomes lors d’une virée au Festival Trolls et Légendes de Mons –une épopée qui remonte à….2013. Satisfaite de ma lecture, j’ai acquis la suite de la série, en version « intégrale » et en Noir et Blanc. Ce qui évidemment m’a poussé à vouloir le premier intégral en noir et blanc –les TOC… toussa, ça te parle?? – Bref, je n’ai pas encore lu la deuxième partie de la série, mais j’ai repris par le début pour notre défi mensuel, aka Défi ValériAcr0. Une chose est sûre, c’est que cette version (en noir et blanc) apporte vraiment beaucoup de profondeur au récit.

Du noir, du blanc et des émotions

❢ Ted Naifeh nous plonge dans le quotidien sombre d’une fillette solitaire, qui ne cherche pas trop à s’intégrer avec les autres enfants. D’une nature asociale, elle se sent différente, et de fait, elle l’est… en quelque sorte. Très tôt, son seul ami sera une des créatures de la nuit. Un goblin qui va indéniablement l’entraîner à explorer les ombres qui entourent la maison de l’Oncle A. Curieuse et avide de connaissance, elle va découvrir un univers fait de monstres pas tout à fait gentils. En fouille dans la bibliothèque d’Aloysius, elle tombe sur un livre de magie et ne peut résister à tester un des sorts. Une mauvaise idée qui va néanmoins lui mettre le pied à l’étrier et lui permettre de trouver sa nature particulière.

❢ Les trois histoires de cet intégrale nous plonge dans des aventures palpitantes et effrayantes. Tout au long de ces histoires, elle va évidemment se rapprocher de quelques uns des jeunes, sans vraiment s’y attacher. Les intrigues sont aussi prenantes les unes que les autres, et les pages défilent assez rapidement. L’envie de « savoir » se fait clairement de plus en plus forte.

❢ D’un point de vue émotionnel, Ted Naifeh ne nous laisse pas en reste. On ressent vraiment la solitude de Courtney, le dépit face à l’attitude de ses parents à son égards. Mais aussi, l’attachement grandissant qu’elle développe pour Aloysius. De nature froide et distante, il cache visiblement ses sentiments pour cette petite nièce. Néanmoins, on ne peut que constater une certaine complicité naissante. L’un se faisant beaucoup de soucis pour l’autre. Un regard sur les parents ou d’autres personnages un peu farfelus fera également naître un sourire sur le visage du lecteur. Quelques épisodes catastrophiques, risibles et ridicules parsèment ces pages.

Des profondeurs du coup de crayon

❢ Au niveau des illustrations, ayant lu la version couleurs et la noire et blanc, je peux dire que cette dernière apporte vraiment beaucoup de profondeur au récit. L’univers est sombre et les aplats de noirs, les grandes « cases » écrasantes plongent le lecteur tout entier dans l’album. Même si à première vue, les personnages peuvent sembler dessinés de manière « naïve » –j’entends par là simple, avec des traits accentués et d’autres gommés- il ne faut pas s’y méprendre. Les planches offertes par Ted Naifeh sont blindées de petits détails précis intensifiant tantôt la personnalité des personnages, tantôt la densité des décors, mais aussi la vitesse et l’intensité des actions. Ainsi, les choses de la nuit nous apparaitrons d’autant plus effrayantes, la bibliothèque d’Aloysius vraiment très fournies, et que dire de la cité cachée au creux de l’arbre.

❢ Dans les profondeurs de l’esprit tordu et dense de Ted Naifeh, tu te plongeras avec délectation. L’univers de Courtney Crumrin vaut vraiment la peine d’être découvert. Tant pour les adultes que pour les jeunes avides de frissons, les intrigues et les images sont prenantes et envoutantes.

 

Premier volume de l'intégrale en Noir et Blanc de la série de Ted Naifeh. L'histoire d'une petite fille qui vient habiter chez son vieil oncle un peu particulier.
Courtney Crumrin Intégrale 1
Titre : Courtney Crumrin, Intégrale 1
Auteur : Ted NAIFEH
Akileos - 2014
400 pages

note 4 rocks
mise en page

 

 

 

 

 

Les moments BONUX

Note de la rédactrice :

❢ Dans son infinie sagesse, Acr0 m’a laissé le choix entre les deux intégrales pour notre défi. Evidemment, comme j’avais « déjà lu » ces trois premiers tomes, elle clame haut et fort qu’il s’agit d’une relecture, et que j’arrange la sauce à ma façon. De mon point de vue, je tiens à souligner que c’est une nouveauté parce que le livre n’était pas lu –et donc faisait partie de la PAL- et ensuite, parce que je n’avais vraiment pas lu la version noir et blanc. 

Les liens à visiter

Ma chronique des trois premiers tomes en version couleurs
Le chemin vers les chroniques d’Acr0 à propos des oeuvres de Ted Naifeh

5 commentaires sur “Courtney Crumrin, Intégrale #1 – Ted Naifeh

Ajouter un commentaire

  1. Dois-je appeler une nouvelle fois la commission de vérification du défi ValériAcrO ? =O
    Ça a l’air joli et tout ce qu’il faut, mais le côté « effrayant » n’est définitivement pas mon truc, alors je continue de passer mon tour…

    1. Héhé, non j’étais dans les temps de publication 🙂

      Ecoute, c’est vrai que c’est un peu « effrayant », mais je pense que ça reste quand même adapté à des lecteurs « jeunes ». Maintenant, ça dépend aussi de ton degré d’impressionabilité….
      Mais bon sinon, c’est pas grave, il y a plein de choses à découvrir.

  2. La version en noir et blanc est l’originelle : dessins et scenario sont effectuées par Ted Naifeh mais pas la colorisation (Warren Wucinich) qui est arrivée bien plus tard. Je trouve qu’avec la couleur, on perd beaucoup d’intensité du récit. Du coup, je suis contente que tu aies pu la découvrir ainsi 🙂 Comment ne pas accrocher à cette petite sorcière ?

    1. Oui c’est vrai! Pour la profondeur et l’intensité.
      Avec la couleur, c’est sympa, et on est plus dans le Comics léger et humoristique.
      Le N&B, il claque!!
      Ca m’a fait plaisir de le découvrir de cette manière aussi.
      C’est là que je sais que je fais bien de te suivre héhé!!

Laisser un commentaire

Fièrement propulsé par WordPress | Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :